La Bible, inspirée et cohérente ? #arguments

La Bible est la Parole inspirée de Dieu. Avant de voir ce que cela signifie précisément, nous allons l’interroger, l’observer,
la feuilleter, pour voir comment elle se présente à nous. Tu peux d’ailleurs faire de même 😉

(💡pour trouver une Bible papier – 2€ : ici ou

Composition d'une Bible

Quand on parcours la Bible, on est tout d’abord frappé par son aspect humain. Elle est composée de deux grandes parties :  39 livres pour l’Ancien Testament et 27 pour le Nouveau Testament, soit au total 66 livres. 

Ceux-ci ont été écrits dans des langues humaines:

  • l’hébreu pour l’Ancien Testament (avec quelques textes en araméen, une langue cousine de l’hébreu) et
  • le grec pour le Nouveau Testament.

Ces livres ont pour auteurs des hommes dont nous connaissons généralement les noms. Certains ont cependant des auteurs anonymes.

Différents styles de textes

On trouve dans la Bible les styles les plus divers inventés par les hommes pour communiquer: récits historiques, textes législatifs, discours doctrinaux, paraboles, allégories, proverbes et dictons, poèmes, discours apocalyptiques, etc. D’ailleurs, chaque livre porte la marque de son auteur (style, vocabulaire). La poésie d’Esaïe, par exemple, n’est pas la même que celle de Jérémie, le style de Jean est très différent de celui de Paul, Jésus ne s’exprime pas de la même façon que Moïse. Le style peut aussi bien être simple, facile à comprendre, avec un vocabulaire très populaire et des illustrations tirées de la vie de tous les jours, qu’être professoral et parfois même un peu difficile à comprendre.

Certains auteurs, inspirés par le Saint-Esprit, racontent ce qu’ils ont vu et entendu. D’autres au contraire parlent de choses nouvelles, qu’ils ne connaissent pas, révèlent de profonds mystères ou dévoilent l’avenir. 

Tout cela donne à la Bible un aspect éminemment humain. Elle a été écrite par des hommes vivant à des époques différentes et provenant d’horizons divers, du berger jusqu’au docteur de la loi. Mais dans tout cela on découvre une profonde harmonie. La diversité est au service d’une grande unité. 👌

Un résumé de la Bible

La grande unité de la Bible, c’est son contenu qui se déroule, s’emboîte, se recoupe au fil des pages.

En résumé, le message de la Bible est le suivant : c’est l’histoire d’un Dieu d’amour, infiniment juste et saint, mais aussi plein de miséricorde, qui a conçu de toute éternité un merveilleux plan de salut et décidé de l’exécuter dans le temps. Pour ce faire, il s’est choisi un peuple du milieu des nations, s’est révélé à lui, lui a promis la venue d’un Rédempteur. Malgré les infidélités de ce peuple, en dépit de ses trahisons et de ses reniements qui ont suscité bien des châtiments de sa part, il est resté fidèle à ses promesses. Quand les temps furent accomplis, son Fils s’est incarné et a mené à bien l’œuvre du salut, mourant et ressuscitant selon les Ecritures. Ce salut, ses premiers témoins, les apôtres, l’ont apporté au monde de l’époque et il est proclamé de nos jours dans d’innombrables langues, en attendant le retour glorieux du Christ qui jugera les vivants et les morts, créera de nouveaux cieux et une nouvelle terre et délivrera son peuple. On peut dire que Jésus-Christ est au centre de toute la Bible. Saint Augustin disait que le Nouveau Testament est contenu dans l’Ancien et que l’Ancien s’accomplit dans le Nouveau. 

Focus sur l'Ancien Testament

L’Ancien Testament est composé selon Luc 24.44 de la « loi de Moïse », des « prophètes » et des « psaumes », ce dernier terme englobant tous les autres livres. Il est tout entier inspiré, quoique l’inspiration n’ait pas toujours eu lieu de la même façon. Ce sont les prophètes qui ont le plus conscience d’être les porte-parole inspirés du Seigneur. Ils le montrent notamment quand ils introduisent leurs discours avec des formules telles que les suivantes: « oracle de l’Eternel », « parole de l’Eternel », « dit l’Eternel »  (Genèse 22.16; Psaume 110.1; Esaïe 3.15 ; Amos 6.8, etc.), « ainsi parle l’Eternel » (Exode 9.1; Esaïe 7.7 ; Jérémie 2.5),« l’Eternel a dit » (Genèse 12.4; Deutéronome 1.21; Esaïe 1.2 , etc.), « la parole de l’Eternel fut adressée à… » (Jérémie 1.2; Ezéchiel 1.3 ; Osée 1.1; Joël 1.1; Amos 1.3; Abdias 1.1; Michée 1.1), […].

🔹Pour Jésus, il est tout à fait évident que l’Ancien Testament est Parole de Dieu, source et norme de la vérité, qu’il tranche sans appel en matière de doctrine. Il le cite souvent, par exemple lorsqu’il affirme que les prédictions des prophètes devaient s’accomplir (Matthieu 2.42 ; Luc 4.2; Jean 5.45-46),[…] et affirme son autorité souveraine. Il dit d’ailleurs en Jean 10.35 :« l’Ecriture ne peut être anéantie ». Et puis, quand on lui pose une question de doctrine, il renvoie … à l’enseignement de l’Ancien Testament (cf. Matthieu 22.31-32) !

Pour Jésus, la Bible des Juifs est à ce point revêtue d’autorité divine que quiconque en supprimera le moindre commandement sera appelé le plus petit dans le Royaume des cieux (Matthieu 5.19). Pas un seul iota ni trait de lettre ne disparaîtra jusqu’à ce que tout soit arrivé (Matthieu 5.18).

🔹Cette attitude du Christ est aussi celle de ses apôtres. L’Ancien Testament est pour eux la Parole de Dieu, source et norme de doctrine. Ils manient eux aussi la preuve scripturaire, démontrent que leur enseignement est conforme à la révélation divine dans l’Ancien Testament et qu’en Jésus se sont accomplies les prédictions des prophètes (Marc 1.2; Actes 8.35; Romains 1.17 ; 1 Corinthiens 1.19 ; Galates 3.10-13; etc.). […]

🔹L’apôtre Paul, exhortant le jeune Timothée à persévérer dans l’étude des Saintes Ecritures […], précise que « toute l’Ecriture est inspirée de Dieu » et de ce fait « utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » (2 Timothée 3.14-17).  Le même apôtre déclare qu’il annonce l’Evangile « non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit » (1 Corinthiens 2.13). Dieu donc ne lui révèle pas seulement les vérités qu’il doit proclamer, mais lui fournit les mots, les phrases dont il a besoin pour cela, si bien que Paul non seulement prêche la Parole de Dieu, mais le fait aussi de la façon voulue par Dieu.

🔹L’apôtre Pierre quant à lui […] écrit: « Nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos coeurs, sachant d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie ne peut être l’objet d’une interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté humaine qu’aucune prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu » (2 Pierre 1.19-21). 

Le discours des prophètes ne relève donc pas d’une initiative personnelle, mais ils parlaient et écrivaient « poussés par le Saint-Esprit ». L’expression est encore plus forte que cela. Il faudrait traduire en effet par « portés, transportés par le Saint-Esprit ». Le même apôtre affirme que les prophètes ont été amenés à annoncer des choses dont eux-mêmes ne comprenaient pas la portée, ce qui montre bien qu’ils bénéficiaient de révélations et qu’ils parlaient sous l’inspiration de Dieu (1 Pierre 1.10-12). […] 

Il est donc tout à fait indéniable que pour le Christ et les apôtres, comme du reste pour le peuple d’Israël, les livres canoniques de l’Ancien Testament sont Parole de Dieu, revêtus d’une autorité intangible. 👑

Focus sur le Nouveau Testament

Ce qui est vrai des prophètes l’est aussi des apôtres et du Nouveau Testament. Jésus avait promis aux disciples qu’il leur enverrait le Saint-Esprit de la part du Père: « Il vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14.25-26), « vous conduira dans toute la vérité et vous annoncera les choses à venir » (Jean 16.13). Aussi ne devaient-ils pas s’inquiéter de ce qu’ils diraient en comparaissant devant les tribunaux: « Ce que vous aurez à dire vous sera donné à l’heure même, car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous » (Matthieu 10.19). Les apôtres ne se contentent donc pas de se référer aux prophètes, mais affirment aussi leur propre autorité. Dieu parle par eux comme il a parlé jadis par les prophètes. Ils enseignent les commandements du Seigneur et leur parole est Parole de Dieu: « Nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu’en recevant la parole de Dieu que nous vous avons fait entendre, vous l’avez reçue non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la parole de Dieu qui agit en vous qui croyez » (1 Thessaloniciens 2.13). […] Dieu qui a parlé par les prophètes s’est révélé aussi aux apôtres et a parlé par eux. Voilà pourquoi l’Eglise est édifiée sur « le fondement des apôtres et des prophètes » dont Jésus-Christ est la pierre angulaire (Ephésiens 2.20). De part et d’autre, le message est fondamentalement le même et l’autorité l’est aussi. 👑

Donc, un écrit inspiré et cohérent ?

L’accomplissement de nombreuses prédictions, la destinée d’Israël, seul peuple de l’Antiquité ayant survécu jusqu’à nos jours, le fait que la Bible ait été traduite en d’innombrables langues, que de nombreux martyrs aient tenu ferme et confessé le Christ au milieu d’indicibles souffrances, le fait que des hommes et femmes de toutes nations et de toutes civilisations professent la foi en Christ, tout cela confirme que l’Ecriture Sainte n’est pas simplement parole d’hommes, mais dans ce qu’elle a de plus humain, révélation de Dieu.

Ainsi on peut donc conclure que l’Ecriture Sainte est tout entière inspirée par Dieu. Cette inspiration a eu lieu de diverses manières, mais toujours de telle sorte que prophètes et apôtres ont dit ce que Dieu voulait qu’ils disent et de la façon dont il le voulait. On appelle cela l’inspiration plénière.

La Bible est ainsi en toutes choses Parole de Dieu. ✝

Source : Petite dogmatique luthérienne, W. Kreiss, 1992, Châtenay-Malabry, p.6-9

NB : les éléments en crochet, titres intermédiaires et éléments en gras ne sont pas dans le texte d’origine et permettent d’adapter le texte à notre public.